So-net無料ブログ作成

フランス語57 (ジョディー・フォスター・インタビュー③)

「これ以上は何度聞いても分からない!」というところまで聞き込んだので、またフランスのElie Caliさんに添削してもらいました。「確かにこれは難しい。私でも一回聞いただけでは分からない部分がありました」とのこと。意外だったのは、「ジョディー・フォスターの発音はかなり悪く、言葉の間違いも多い」とElieのメールに書いてあったことです。確かに、いつもはElieの添削済みのスクリプトを見ながら聴き直すと「なるほど確かにそう言っている!」と思うのですが、今回は何度聞き直しても「本当にそう言っているのかな?」と思う部分が結構あります。

ユーチューブの動画の下には多くのフランス人が「素晴らしい」「完璧なフランス語だ」等絶賛のコメントを寄せていたのですが、必ずしもそうではないのかもしれません。いずれにしても、あの早口のインタビュアーを完璧に理解して即座に返すのは並大抵のレベルではないはずです。ジョディー・フォスターの母語は英語ですが、外国語をここまでマスターするのはすごいことだと思いました。

今回の私のスクリプトには間違っている部分や不明な部分が随分と多くあったのですが、一つ一つ丁寧に添削してくれたElie Caliさんには本当に感謝しています。

Jodie Foster ③.png
http://www.youtube.com/watch?v=FNGgAvkC02I

 
... j'ai pris cette semaine pour Berlin, tout près d’Alexandre Plaz, dans un palace j’ai rencontré Jodie Foster à l’affiche de A Vif de Neil Jordan. Une fois de plus un personnage solitaire, une fois de plus une fascination pour la peur, parole de femme. A Vif.

“Jodie Foster, bonjour.” “Bonjour.” “A Vif traite de la loi du Talion, d’une femme qui après une agression pour survivre va rendre elle-même la justice. Pourtant pour vous il ne s’agit pas d’un film de vengeance mais de rage. Est-ce que vous pourriez nous expliquer cette nuance?” “C’est sûr que il y a la vengeance existe dans le film parce que, ça fait partie du film. Mais la vengeance, l’idée de la vengeance, ça date depuis les tragédies grecques. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Mais ce film-là parle de quelqu’un qui découvre quelqu'un en soi qu’elle n’a jamais cru exister. Quelqu’un ...” “Une étrangère.” “Une sorte d’étrangère qui vit en soi, qui est jolie, en fait qui est très humain, qui est très authentique, qui veut vivre, qui veut respirer, qui veut, qui veut, qui veut, qui, qui, qui s’affirme. Mais en même temps en s'affirmant, elle s'affirme aussi sa monstruosité."

“Le dénouement de A Vif va susciter forcément des polémiques” “Certainement.” “ Est-ce que vous avez le goût de la controverse parce que c'est un goût typiquement français ça  la polémique” “J’adore ça. J'adore ça chez les drames. J’adore la controverse. J’adore que les gens en parlent du film parce que c’est un film qui est très sophistiqué intellectuellementMais en même temps qui existe fondamentalement dans une primaire, elle est primaire, elle est élémentaire. Et ça parle des choses qui sont laides, en fait en soi qui ne sont pas jolies à regarder. Les femmes en général, quand elles sont enragées, quand elles ont été abusées, quand elles ont eu des violences terribles. Elles retournent ces violences en soi.” “Contre elles-mêmes.” “Oui, contre elles-mêmes. Elles se, bon, elle deviennent alcooliques. Elles tuent ses enfants. Elles tuent les gens qu’elles aiment, leur mari, leur famille.” “Donc, elle ne veut pas se détruire, donc elle détruit. ” “C’est une femme qui dit, bon, je n’ai plus envie d’être cette sorte de victime sur moi-même. Je ne vais plus me détruire. Je vais vous détruire. Et il y a quelque chose de très satisfaisant” “justement rendre coup pour coup. C’est dans l’ADN de la nature humaine. Est-ce que finalement dans l’Amérique de post onze septembre? Est-ce que vous ne craignez pas les interprétations abusives, une forme d'interprétation d'apologie de l’auto-justice?” “Non, je ne pense pas que le film légitimise la violence. Surtout c’est une sorte de portrait comme dans les années soixante-dix, dans les films des années soixante-dix. Un portait...” “Des anti-héros” “tout court des anti-héros. C’est à dire que les spectateurs sont forcés à rester dans le personnage, à marcher avec leurs souliers, à le sentir avec leur âme. Et on ne fait pas de sorte de moralisation extérieure. Nous sommes dans le personnage. Et je pense que ça aide les spectateurs à vraiment avoir des conclusions qui sont beaucoup plus profondes.”

“Vous êtes l'une des rares actrices d'Hollywood à pouvoir choisir le réalisateur et le casting du film auquel vous participez, ce qui est le cas sur celui-ci. Comment est-ce que vous obtenez ça, par le velours ou par le fer? “Je n’ai pas toujours le choix entre les metteurs en scène ou le casting du film. Cette fois-ci oui. Je crois dans le metteur en scène, Je pense que le film, la chose la plus importante c’est que le metteur en scène ait sa propre signature qu'il ait sa propre voix dans le film. Et j'essaie de faire des films qui sont des films d’auteur, enfin même si Neil Jordan ne l’a pas écrit totalement en entier, c’est vraiment son personnage qui est sur l’écran.” “Oui.” “C'est tout à fait dans l'esprit des films qu’il fait. Alors pour moi c’est la chose la plus importante et c’est le choix qui est le plus important, et je ne veux pas le laisser à n’importe qui.” “Oui. Mais quand vous travailliez avec David Fincher sur Panic Room, vous étiez toujours derrière son épaule pour regarder les cadres, l’assemblage, la construction d'un film. Est-ce que ça nourrit la réalisatrice que vous êtes?” “Absolument, oui. C’est mon film school,” “Oui.” “parce que je n’ai jamais fait d’étude en fait. Et ça me donne la possibilité de savoir, de, de voir un petit peu à travers ses yeux, de voir un petit peu son, comment il fait, comment il réalise, comment il devient créatif. Bon, il y a eu des moments dans ma vie où j'ai fait beaucoup de films de premiers metteurs en scène.” “Oui.” “C'est génial, c’est excitant, vous arrivez à découvrir quelqu’un. Mais à cette stade dans ma carrière j’ai vraiment envie d’apprendre des choses.” “Oui.” “Et pour moi c’est plus facile avec des gens qui ont déjà fait des films.” “De ces deux actrices de laquelle vous vous sentez plus proche, de Sharon Stone et de son QI à cent quarante, ou de Simone Signoret et de ses Gauloises?” “Ha! Ha! Ha! Surtout, je me sens, j’aime beaucoup, bon, j’aime beaucoup Sharon Stone et surtout elle est belle, qu’est-ce qu'elle est belle. J’aimerais bien m’approcher à elle parce que, bon, moi, j’aimerais bien être belle comme elle. Mais Simone Signoret, c’est quelque chose. Pour moi ça, c’est mon futur. Ça, c’est ce que j’ai envie de faire quand j’ai soixante-dix ans ou soixante ans j’ai envie de faire les, quand elle vieillit les films Simone, Simone Signoret avec cette expression, cette figure qui a vécu, avec cette voix, la voix, les Gauloises derrière, mais une vraie expression de personnage.” “Oui, donc vous avez envie de vieillir à l'écran contrairement à toutes vos consoeurs actrices.” “J'ai plus envie d'être vieille à l'écran que d'être l'âge que je suis là maintenant” “Oui.” “certainement. La, je pense que la transition est très difficile et, oui, j'attends avec impatience de devenir Simone Signoret.”


nice!(0)  コメント(0) 

nice! 0

コメント 0

コメントを書く

お名前:
URL:
コメント:
画像認証:
下の画像に表示されている文字を入力してください。

この広告は前回の更新から一定期間経過したブログに表示されています。更新すると自動で解除されます。

×

この広告は1年以上新しい記事の更新がないブログに表示されております。